RSS Facebook Twitter
plume
 

Voie maritime, voie ferrée : à quand la 3ème voie ?…

Cher François,

Tu as vu le clin d’œil appuyé que l’actualité des transports fait à l’actualité politique ? L’analogie n’est-elle pas évidente ?

D’un côté, la déroute du paquebot de Costa Croisières, que l’on imagine volontiers boursouflé de la satisfaction conquérante de touristes condescendants, n’est pas sans rappeler l’échouage de la politique Sarkozy qui, d’excès en prétentions, a conduit le bateau-France à la dérive, lui qui voit s’allumer à tous ses étages, des foyers d’incendie, brûlants d’indignation.

D’un autre côté, les incroyables retards des trains de la SNCF qui ont interrompu brutalement et longuement leurs mornes trajets à cause des intempéries, ne sont pas sans rappeler les lourdeurs de la stratégie socialiste, elle qui est contrainte de s’arrêter quand tel puissant pylône écologiste se couche sur ses rails, la forçant à revoir sa direction ; ou quand s’accumulent des congères tour à tour strausskahniennes ou montebourgeoises, avant d’être mélanchoniennes ou poutouistes.

La voie maritime comme la voie ferrée montrent aujourd’hui leurs grandes limites. Méritent-elles encore notre confiance de passagers ?

De même, la politique française sarkhollandisée ne peut plus nous conduire suivant un itinéraire fiable vers un avenir confiant et optimiste.

Il est évident qu’il nous faut expérimenter une 3ème voie

« La voie aérienne, alors ? » oseront les facétieux, avec malice… Eh bien oui ! Pourquoi pas !

Le MoDem est assurément cette « 3ème voie » qui sait prendre de la hauteur.

C’est la seule option politique qui amène la réflexion démocratique au plus haut de l’exigence.

Loin des terrains boueux et glissants de la joute populiste ; loin des fausses polémiques politiciennes qui confondent volontiers campagne électorale et démagogie électoraliste ; loin des bateaux droitistes qui tanguent de fatuité bien-pensante ; loin des rails de gauche qui se courbent dans la compromission et les arrangements, le MoDem apparaît comme la 3ème voie, celle de l’altitude et de la clairvoyance politiques.

Et nous sommes bien déterminés à faire partie de ces escadrilles orange qui sauront prendre de la hauteur dans la bataille, pour mieux (con)vaincre, et conduire notre pays sur la seule voie qui mènera à la victoire de tous pour le mieux-être de chacun !

Cordialement,

Primo

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
 

Poster un commentaire

 
 
 
 
 
 

2 Commentaires

Bonjour,

Si je suis d’accord que les citoyens de notre pays doivent être conscients qu’une autre voie s’impose pour sortit la France de la situation dans laquelle elle est « engluée »… Je ne suis pas d’accord avec votre « analogie » !

En effet, il ne faut pas toujours exploiter ce qui ressort de l’actualité pour faire passer un message.

Les passagers du paquebot ne sont en aucun cas des « touristes condescendants » mais des victimes… ceux d’un système… le système d’une société qui perd, petit à petit, les bons sens d’une société mature et responsable.

Pour beaucoup de ces passagers, c’était le voyage de toute une vie !

Par ailleurs, il est évident aussi que la voie maritime et la voie ferrée méritent plus que jamais notre confiance de passagers.

Il ne faut pas « stigmatiser » (mot à la mode en 2012) des accidents mais il est primordial de se poser les bonnes questions quant aux modes de fonctionnement des moyens de transports afin d’assurer la sécurité et le service que les citoyens en attendent à juste titre.

Alors, OUI !… à une autre voie pour l’avenir de notre pays et celle que nous proposons au sein du Modem me paraît la plus appropriée face aux problèmes que les citoyens vivent et éviter la faillite de notre pays, mais…

Ainsi que vous l’écrivez… Prenons de la hauteur et ainsi les électeurs nous suivront car, aujourd’hui, ils jugent cette campagne calamiteuse…

Alors, soyons différents et nous gagnerons… pour le bien-être des citoyens.

Par MARTIN Joël, le 8 mars, 2012
 

Vous avez évidemment raison.
Et je conviens que ce raccourci présente toutes les limites que la caricature implique.
De la même manière que ce que vous dénoncez, il est évident que certains retards de train ont pu avoir des conséquences tout à fait dommageables voire dramatiques pour tel et tel passager. Cela va de soi.
Mais vous aurez compris que ce parallèle n’avait d’intérêt que parce qu’il voulait mettre en évidence cette « troisième voie » sur un ton autre que strictement politique.
Je suis tout à fait désolée qu’il ait pu vous froisser et je comprends fort bien votre indignation.
Je veillerai, à l’avenir, à contenir cette raillerie qui, vous avez raison, n’apporte rien à la réflexion.

F. Daniélou pour Primo Dem.

Par F. Daniélou, le 11 mars, 2012