RSS Facebook Twitter
Logo_Quimperlé
 

Stéphane Guillevin et Erwan Balanant nous parlent d’eau à Quimperlé

MoDem 29 : la responsabilité de la distribution de l’eau potable sur nos communes revient à la municipalité.  Plusieurs modes de gestion s’offrent au conseil municipal : la régie publique, la délégation du service à une société privée (affermage) et plus récemment la possibilité de déléguer le service à une Société Publique Locale. Qu’en est-il à Quimperlé ?

Stéphane Guillevin : La gestion de la distribution de l’eau potable à Quimperlé s’effectue en régie municipale. Il n’a jamais été remis en question par les équipes municipales quelles que soient leur couleur politique.

Erwan Balanant : Il y a, en effet, un savoir faire de la régie à Quimperlé. C’est un héritage historique qui permet de maitriser une ressource précieuse pour la ville, ses habitants mais aussi son économie. Car, au delà de la production pour les habitants, deux grosses entreprises locales achètent de l’eau en quantité très importante et cette eau est vitale pour leurs productions.

MoDem 29 : Quimperlé compte plus de 12 000 habitants. De combien de personnes est constitué le service qui a la charge de distribuer l’eau ? Quelles sont les qualifications des personnels ?

Stéphane Guillevin : Pour le service d’eau : 6,25 ETP, pour l’assainissement : 4. Une secrétaire à 90% assure l’accueil et le secrétariat. Au niveau des qualifications, seuls les responsables ont des qualifications de technicien supérieur en gestion de l’eau et assainissement.

MoDem 29 : Ces emplois, apparaissent-ils dans le budget annexe sur l’eau et l’assainissement ?

Stéphane Guillevin : Ils sont effectivement affectés sur ce budget annexe.

MoDem 29 : A quel tarif (abonnement, consommation) proposez-vous le service de l’eau ?

Stéphane Guillevin : Le prix de l’abonnement s’élève à 21,21 € TTC/AN, l’eau à 1,20 € TTC le m3 et l’assainissement à 1,28 € TTC le m3.

MoDem 29 : D’où vient votre eau ? Avez-vous réussi à sauvegarder les anciens captages sur Quimperlé ? Sinon, avez-vous engagé, à partir d’une étude hydrogéologique,  une reconquête foncière afin de les ré-ouvrir ?

Stéphane Guillevin : Quimperlé achète ses besoins en eau potable au SMPE qui potabilise cette eau à partir des stations de pompage de Kermagoret en Mellac pour l’Isole et du moulin des Gorrets en Quimperlé pour l’Ellé. Ces deux prises d’eau sont protégées par des périmètres de protection qui ont été fixés par un hydrogéologue agréé.
Depuis très longtemps Quimperlé a abandonné des captages d’eau superficielle situés à Stang an Aman. Leur situation, le faible débit d’exploitation, ainsi que les contraintes notamment en termes de périmètres de protection ne permettraient plus une réhabilitation de ces captages. »

Erwan Balanant :  Une usine moderne vient d’être mise en service. Nous avons aussi la chance d’avoir de l’eau de qualité qui demande un traitement moins coûteux que dans les territoires où il y a de grosse problématique de pollution. Pour garder cette qualité d’eau, un contrat de restauration est en place sous pilotage de la communauté de communes. Prix de l’eau, qualité de l’eau sont liés et la réflexion on le voit est globale et intègre l’économie locale, les volontés politiques et les questions environnementales.

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
 

Poster un commentaire