RSS Facebook Twitter
logo quimper
 

MoDem Quimper : « Les rythmes scolaires à Quimper ou comment confondre vitesse et précipitation »

Cela fait maintenant deux semaines que la semaine de 4 jours et demi a été mise en place dans les écoles publiques de notre ville et les premiers échos commencent à se faire entendre.
Et qu’en ressort-il ? Des élèves fatigués, des enseignants et des ATSEM débordés, des animateurs dépassés et des parents inquiets.
Des élèves fatigués car ils ont maintenant des journées plus longues durant lesquelles leur rythme physiologique est mis à rude épreuve. Car commençant leur journée plus tôt, ils ont faim plus tôt et les enseignants se retrouvent face à des élèves qui ne sont plus concentrés dès la fin de la matinée.
Des enseignants débordés car ils ont plus de paperasse à faire et donc moins de temps pour leurs élèves. Sachant que deux jours par semaine, ils assurent les activités périscolaires complémentaires durant une partie de l’heure de midi. Sans oublier que après-midi, il n’y a pas de récréation qui leur permet, à eux et aux élèves, de souffler un peu.
Ne parlons même pas des directeurs qui doivent s’occuper des cours et des activités périscolaires. (Activités durant lesquelles les élèves utilisent le matériel de l’école sans que celle-ci ne reçoive d’aide de la municipalité)
Des ATSEM qui se retrouvent très souvent seuls avec les enfants avec des situations a gérer qui ne sont pas de leurs ressorts, et des fonctions nouvelles qu’ils ont a assurer et des horaires inconcevable, ils se retrouvent à travailler du main au soir sans aucune pose, ce qui provoque une fatigue physique et psychologique.
Des animateurs dépassés car ils se retrouvent avec des groupes nombreux qui ne leur permet pas de s’occupe correctement de tous les élèves et surtout ce sont toujours les mêmes animateurs habituels sans qu’il n’y ait d’intervenants spécialisés afin de caser les habitudes et d’offrir une lus grande offre de choix dans les activités.
De plus, selon les inspecteurs le passage des cours aux activités doit se faire à 15h35 alors que pour la mairie, c’est à 15h45. Qui est alors responsable s’il arrive un problème durant ces 10 minutes ?
Des parents inquiets car ils voient leurs enfants revenir fatigués de l’école. Ils n’ont pas le choix des activités de leurs enfants contrairement à ce qui avait été laissé entendre. Et enfin, personne ne sait si ces activités périscolaires ne seront pas payantes l’année prochaine.
Alors bien sur, la semaine des 4 jours et demi se doit d’être appliquée comme le veut la loi et surtout parce que, bien menée, cette nouvelle vision de l’éducation, préconisée par de nombreux experts, semble plus épanouissante pour les élèves.
Mais nous pouvons nous interroger sur la rapidité de cette mise en place dans notre ville.
Pourquoi avoir précipité les choses ?
Pourquoi ne pas avoir pris le temps de tout câler efficacement, d’avoir permis aux écoles, a toutes les écoles de passer en même temps ce cap dans le système éducatif français ?
Pourquoi gâcher une année scolaire de nos enfants et négliger leur bien-être ainsi que celui des personnes qui les accompagnent durant toutes ces années d’apprentissage ?
M. Hollande et son gouvernement ne pouvait-il pas attendre un an de plus afin de ne pas bâcler cette mise en place ? »

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
 

Poster un commentaire