RSS Facebook Twitter
Carte de l'Europe - étoiles
 

Europe et Cætera – Tribune d’Isabelle Le Bal

La culture sera la clef de voûte du mandat européen qui s’ouvre. La cohésion de notre citoyenneté.

En 1979, Serge Gainsbourg compose une chanson intitulée : Aux armes, etc. Pastiche pour les uns, poésie pour les autres. La Marseillaise composée en 1792 par Claude Joseph Rouget dit Delisle, comportait pourtant cette mention manuscrite Aux armes citoyens, etc. Ceci choisi comme un exemple de la liberté de la création artistique entre un compositeur révolutionnaire et un homme de la révolution.

Dans ce Et Cætera il y a toute la liberté que nous permet aujourd’hui l’Union Européenne.

J’aurais pu choisir l’exemple de Notre-Dame de Paris si douloureusement meurtrie, ou celui du roman d’un communiste italien, ou ceux qui sont contre.

De pouvoir l’écrire, j’exerce pleinement ma liberté d’expression politique dans un monde en paix. Je vis en Europe, en ce début du 21e siècle, à la veille d’une élection du Parlement Européen.

En mai 2017 naissait à Quimper, un petit garçon que ses parents voulurent prénommer : Fañch avec un tilde sur le n, pour préciser la prononciation de la langue bretonne. Or depuis ces 2 années, l’État les en empêche invoquant une circulaire s’inspirant de la Révolution Française. C’est pour moi une atteinte au droit fondamental de la famille, et à celui des parents de choisir librement, intimement et selon leur culture le prénom de leur enfant. C’est aussi un préjudice porté à la diversité des langues régionales européennes parfois dites langues minoritaires. Il ne s’agit pas d’un alphabet étranger aux langues européennes, c’est juste un signe de prononciation.

« Unie dans la diversité », symbole de pluralisme politique et de pluralité culturelle, cette devise devrait nous permettre de construire une citoyenneté apaisée qui passerait par des règles communes d’un État Civil européen. On a déjà un passeport européen, il reste peu à faire pour appliquer cette maxime qui tant respecte l’autre.

Dans le même ordre d’idée, la protection des droits d’auteur, des œuvres d’art et des œuvres de l’esprit, est un des fondements de l’Europe d’hier et d’aujourd’hui. Le combat reste à mener tant les considérations financières mènent la toile et les nouveaux usages numériques. Il nous faut des parlementaires européens inspirés et courageux pour agir en concordance avec le Parlement national.

L’Europe est ñ.  Fidèle à ma famille politique à laquelle j’adhère depuis toujours sans discontinuer, aujourd’hui dénommée le Mouvement démocrate, elle a pour objectif la construction d’une Europe unie, décentralisée et respectueuse des plus faibles.

Issue du MRP et de la démocratie chrétienne, appellation ouverte et pluraliste qui construit sur la subsidiarité une action publique juste et réciproque. Une Europe qui s’ancre sur la personne humaine dans toutes ses dimensions sans oublier le spirituel et l’attention aux plus démunis. Cette démocratie européenne fait confiance au local et à la différenciation. C’est pourquoi la Bretagne doit être aussi écoutée quand elle demande le respect de ses frontières géographiques et culturelles à cinq départements. Ce n’est pas une lubie ni une utopie, c’est une ambition politique européenne.

Le Dimanche 26 mai, je voterai pour la liste Renaissance, car elle rassemble des alliances politiques qui répondent à ce besoin de liberté, de démocratie, et de diversité. Je ne voterai pas contre une autre liste, je vote pour des valeurs qui me semblent nécessaires à l’épanouissement de la personne humaine.

Mon Europe est Et Cætera car tant de choses nous manquent encore pour la construire.

Isabelle Le Bal

Conseillère régionale de Bretagne, Adjointe au Maire de Quimper,
Vice-présidente du MoDem 29

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
 

Poster un commentaire