RSS Facebook Twitter
pelissard
 

ÉPANDAGE DE LISIER : UN MESSAGE INQUIÉTANT

Alors que l’on espère une coopération entre agriculteurs et défenseurs de la qualité des eaux, le décret paru (…) sur les nouvelles normes d’épandage ne fait que de mettre de l’huile sur le feu ! Le Mouvement Démocrate s’inquiète de cette décision et espère qu’elle ne remettra pas en cause la poursuite des progrès initiés dans la maitrise des nitrates dans les eaux bretonnes.

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
 

Poster un commentaire

 
 
 
 
 
 

1 Commentaire

Il n’est pas facile d’être équilibré dans nos positions et pourtant c’est ce que notre mouvement doit s’efforcer de faire.

Ce nouveau décret n’est pas nécessairement aussi catastrophique que le titre le laisse paraître.
En effet il prévoit une restriction des épandages des déjections animales :
• le relèvement de 20% en moyenne des valeurs d’excrétion des vaches laitières,
• l’allongement des durées d’interdiction d’épandage des fertilisants azotés,
• un renforcement de la mise en œuvre de l’équilibre de la fertilisation azotée à la parcelle. »
C’est vrai compensée par une modification de la quantité maximum épandable de 170 unité d’azote qui sera par ha cultivable comme c’est le cas en Europe et non plus par ha épandable comme en France jusqu’à présent.
Ces 2 mesures se neutralisent donc, ce qui n’est pas donc pas une mesure catastrophique comme le laisse d’ailleurs entendre Jean-Louis Peyraud, directeur de recherches à l’Inra de Rennes : « le nouveau décret ne changera pas fondamentalement les choses, mais il ne va de toute façon pas dans le sens de la résorption des excédents ». C’est cette dernière affirmation qui fait protester les organisation environnementalistes, mais ne devons nous pas aussi prendre en compte aussi les efforts des éleveurs qui font la richesse de notre département et non son handicap…

Par CLOATRE Yves, le 26 octobre, 2011